The Walking Dead

TheWalkingDead

Chaîne : AMC
Date de création : 2010
Statut : En cours
Nombre de saisons : Six saisons, renouvelée pour une septième saison.

Critique initialement écrite le 18/02/2013

Synopsis

Série post-apocalyptique, The Walking Dead nous raconte l’histoire de Rick Grimes, ancien shérif, se réveillant d’un long coma et se retrouvant forever alone dans l’hôpital… enfin pas tout à fait, le truc c’est qu’il y a une paire de zombies qui viennent l’emmerder. C’est pas top comme réveil, et puis être tout seul c’est un peu chiant aussi, alors il va chercher à retrouver sa femme Lori et son fils Carl (ou plutôt « Cooooooarl »). Rapidement, il les trouvera, et il sera accompagné de plusieurs survivants. Le truc, c’est que personne nous apprend comment survivre dans un monde pareil, et une chose est sûre : Rick et les autres survivants vont s’en prendre plein la gueule. Fuck yeah.

Générique, OST et jeu d’acteur

Le générique est pas trop mal, mais qui manque peut-être en dynamisme et en vivacité. La musique de fond met un petit coup de stress bienvenu. La bande originale n’est pas fabuleuse, elle passe assez inaperçue. C’est couillon, parce que l’OST du jeu vidéo de Telltale, elle, elle est cool ! Le jeu d’acteur est variable selon les personnages, leurs évolutions ou selon les saisons (de la série hein, pas le printemps et l’automne, gné). Aucun acteur ne tire réellement son épingle du jeu, il y a pas mal de persos secondaires (avec une espérance de vie plus ou moins élevée, if you know what I mean) ce qui fout vite le bordel dans ma tête avec une mémoire de poisson rouge. J’arrive à zapper des noms même après avoir lu les comics… deux fois.

Mon avis

La saison 1 profite d’un petit nombre d’épisodes (6 seulement), ce qui permet d’avoir un bon rythme, avec de l’action quand il faut. Le truc que je remarque dès le début, c’est le boulot énorme des maquilleurs/euses qui donne un rendu aux zombies irréprochable. En parlant d’irréprochable, par contre vous avez le droit de les souiller un peu les Rick et compagnie, s’ils n’ont pas un brushing parfait on vous en voudra pas… Réalisme moins 1.

On attaque la saison 2, qui par contre tire sur la longueur. Peu d’action à part au niveau du midseason finale et au season finale. Un fil rouge pendant la première moitié de saison qui était beaucoup trop long, nous faisant perdre patience. Pas de zombie, pas de super intrigue à l’horizon, on s’ennuie un peu et c’est bien dommage. L’intrigue se passe trop autour de la ferme que le groupe a découvert. Mais ils ont le bol de trouver encore d’autres survivants ! Moi qui était super contente du season premiere, j’ai été déçue par la direction que prenait la série dans cette saison. Mais bon, comme la saison n’est ni complètement noire ni blanche, on a le droit à quelques bons moments. Le season finale compense le manque d’action de la saison entière.

On arrive à la saison 3. Une saison qui est bien meilleure que la précédente, où l’on découvre des nouveaux personnages : The Gouvernor, qui parait bien gentil (bien TROP gentil, c’est le souci, énorme contraste avec le comic) mais qui se révèle être un bel enfoiré, Michonne, super badass dans la BD mais qui manque de saveur dans la série (eh ouais meuf, se limiter à une seule expression faciale c’est pas assez). Il y a de l’action, un nouveau décor et un dynamisme qui repointe le bout de son nez.

Mises à jour

Article mis à jour le 01/04/2013 pour le final de la saison 3

Attention spoilers ! Ne pas lire si vous n'êtes pas à jour... ou que je vous vous en foutez de savoir la suite !

Attention spoilers !
Ne pas lire si vous n’êtes pas à jour… ou que vous vous en foutez de savoir la suite !

Bon bah je sais pas ce qu’ils ont glandé, mais le tout est absolument pas cohérent. Cet épisode c’est un gros bordel sans aucun sens, ruinant purement et simplement la saison en beauté. Bon déjà pourquoi tuer Andrea. Enfin perso même si elle était chiante cette saison, dans les deux saisons, c’était un peu elle la « badass » du truc, et c’est décevant de la tuer. Surtout comme ça : « Oh bah j’préfère regarder Milton qui agonise et crever plutôt que d’essayer de m’enfuir ! ». Milton j’m’en fous un peu qu’il crève, mais pareil sa mort est nulle. Le Gouverneur qui flingue tous ses « potes » … euh ouais… nan. Intérêt ? Aucun. Et du coup, Rick accueille tout Woodbury à la prison, sans se poser de questions. Mais bien sûr. Pendant toute la saison il nous fait chier à vouloir ramener personne et là il les invite pour faire la fiesta avec eux. Crédibilité : zéro.

C’est bête, l’épisode partait presque bien. Je pense que le personnage de Carl va enfin gagner de la profondeur, devenir meurtri comme son padré. Enfin ça, on verra bien ce que ça donne. Bref j’oublie plein de détails (mémoire courte spotted) mais l’épisode est franchement nul, comparé à ce qu’on a pu avoir en final de saison 2. Bon ok celui de la saison 2 c’était un peu « on va flinguer tout le monde et on sera trop des winners », mais là il manque sérieusement quelque chose ! C’était plat, sans saveur, bref hyper décevant.

Article mise à jour le 31/03/2014 pour la saison 4

Cette saison 4 de The Walking Dead est foutue à peu près comme d’habitude : un bon début, rien pendant x épisodes jusqu’au milieu de saison, et rebelote jusqu’à la fin de saison. Sauf qu’ici on a une exception : la fin, j’y reviens après. La saison en elle-même m’a donné à peu près le même ressenti que d’habitude : un ensemble qui manque de saveur, d’intrigues creusées et de vrais cliffhangers. On a des soit-disant scènes chocs qui ne me font rien ressentir comparé au comic.

Je sais, je suis chiante de toujours comparer au au comic, mais quand on change une scène par rapport au support original, on s’efforce de faire un truc mieux, enfin moi j’dis ça hein… J’ai aussi cette impression que la série veut mettre des longueurs juste pour faire joli, pour faire genre « ouais nous on est une série pas si facile d’accès, alors on met des longueurs qui servent à que dalle ». Les longueurs servent quand même, mais pas à tout bout de champ.

C’est tellement dommage, la série part d’un potentiel énorme pour finir par être mal amené et donc gâché par moments. Autre chose qui cloche, c’est la manière de développer les épisodes. Vous avez pu le remarquer, pendant la deuxième partie de saison ainsi que deux autres épisodes, on est centrés sur un personnage ou un groupe de personnages en particulier : Le Gouverneur, la bande de Rick, le duo Daryl/Beth, Maggie et les autres, etc etc. Très très mauvaise idée, puisque tout cela a rendu lent, très lent le tout. Non seulement on a pas vu certains personnages principaux pendant plusieurs épisodes, mais en plus ça ne rendait pas service au scénario selon moi.

La mort du Gouverneur était d’un faible ! Eh vas-y que j’te coupe la tête alors que tu ne regardes même pas dans les yeux. Merde, c’est censé être un truc important dans la série, et ça a la même sensation que de tuer un énième zombie. Quant à la mort d’Hershel, celle-ci m’a touchée, parce que c’était pour moi le vrai point culminant où l’on s’attachait à lui, et bim, mort.

Et oui, y a quand même pas tout de moisi dans cette saison : on retrouve Carol, qui a évolué cette saison, et ce en positif ! Pareil pour Michonne, qui cette fois-ci esquisse des sourires, rigole avec Carl, et ne reste pas de marbre devant tout ce qui se passe. En parlant de Carl, son évolution s’est faite un peu trop rapidement, on a l’impression qu’il a pris 10 ans de plus, aussi bien physiquement (bon ça c’est comme ça, eul’ t’cho gamin il grandit) que mentalement. Il devient comme son père, tout simplement. On revoit aussi le fameux Daryl dans toute sa badass attitude, +1 pour la grenade dans le tank et le dépeçage de serpent ! Mais -1 pour le côté « balles à volonté, essence pour la caisse à volonté » qui est vraiment exagéré dans la série.

Et revenons donc au final de la saison, qui contrairement à d’habitude, n’est pas aussi explosif. Il ne fait pas autant contraste avec le reste. Est-ce que c’est une bonne chose pour autant ? J’en suis pas sûre non… C’est quoi cette utilisation de flashbacks useless ? Pour faire un « quand on était heureux et tranquille » contre un « maintenant ça va chier » ? M’ouais. Et bien sûr, on se doute complètement ce que vont faire les gens du Terminus avec tout le wagon de nos personnages, et ça, pas besoin de lire le comic pour comprendre, c’est obvious. Je pense que justement cette fameuse idée aurait du être dans l’épisode. Là ça aurait fait un final season à peu près digne de ce nom, mais non, on préfère mettre des flashbacks pourris, tant pis.

Bon, ça n’empêche que regarder The Walking Dead, c’est pas de la torture non plus faut pas déconner. J’apprécie mon visionnage, je pense que je suis juste un peu plus exigeante quand il s’agit d’une série que tout le monde adule sans essayer de comprendre ce que la série est censé apporter : de la psychologie des personnages sur un décor de zombies, pas juste tuer dix mille pépères par épisode.

Le spoiler est fini, tu peux ouvrir à nouveau tes yeux si tu n'étais pas à jour !

Le spoiler est fini, tu peux ouvrir à nouveau tes yeux si tu n’étais pas à jour !

En bref

Pour conclure, même si la série agrandit sa fanbase de jour en jour, ce n’est pas pour autant que la qualité évolue dans ce sens. La saison 1 restera pour moi la meilleure, et la saison 2 la moins bonne. Quant aux saisons 3 et 4, elles ont des bons moments mais les défauts continueront à prédominer le reste.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s