Kaamelott

Kaamelott

Chaîne : M6
Date de création : 2005
Statut : Terminée (2009), attente d’une saison 7
 Nombre de saisons : Six saisons

Critique initialement écrite le 25/10/2013

Synopsis

La série reprend la légende arthurienne et la raconte de manière humoristique. Eh oui, la précision d’ « humoristique » est importante, parce que des séries (Merlin, Camelot), des films, des BD, des téléfilms et des bouquins dérivés de la légende arthurienne, y en a un paquet. Alors qu’on pourrait penser que le filon a été usé jusqu’à la moelle, la France apporte son lot de nouveautés grâce à ce grand monsieur qu’est Alexandre Astier. J’vais quand même résumer l’histoire rapidement : Au royaume de Kaamelott, le roi Arthur, accompagné des chevaliers de la Table Ronde, plus maladroits les uns que les autres, doivent se mettre en quête du Graal. Bon déjà, c’est pas super simple de rechercher un bidule dont on ne sait même pas l’apparence : un livre, une espèce de coupe, les avis divergent et se contredisent. Non seulement Arthur est peu aidé par sa bande de bras cassés, mais entre sa femme Guenièvre et lui, c’est engueulade sur engueulade, et c’est franchement pas mieux avec sa belle-famille.

Générique, OST et jeu d’acteur

Le générique de la série sera plus ou moins le même de la saison 1 à 4, avec quelques petites variantes. Un générique sans complètement en être un, mais tout le monde connait l’instru, reconnaissable entre mille. Les génériques de la saison 5 et 6 sont eux aussi très réussi, la musique est très jolie. Il y a plein de ressentis différents qui passent : on part d’un côté malicieux, à un côté plus combatif pour finir sur une note nostalgique. L’OST se fait de plus en plus présente. Elle commence à se montrer vers la saison 4, mais elle devient très importante lors des saisons 5 et 6. Une OST encore une fois très jolie, accentuant ce penchant dramatique des dernières saisons. Le jeu d’acteur est nickel, tout d’abord car les personnages sont bien définis, ils ont tous des traits de caractère précis. De plus, Kaamelott, c’est avant tout une belle affaire de famille : entre les parents de Guenièvre qui sont les parents d’Alexandre Astier, que sa belle-mère joue sa mère dans la série, et que son demi-frère devient son beau-frère (Simon Astier, créateur et acteur principal dans sa série, Hero Corp). Et à l’écran, ça se voit direct que ces gens –là, ils sont un peu plus que de simples acteurs ; et en plus, Kaamelott se gratine au fur et à mesure des saisons de guests renommés. Un casting digne de ce nom qui fait plaisir à voir !

Mon avis

Kaamelott, c’est avant tout utiliser une vieille légende et la remettre au goût du jour au niveau langage. C’est mettre des gros mots au milieu de phrases qui commencent par « Sir », à côté de « discutailler » sans être complètement vulgaire. C’est ce mélange de registre qui fait que Kaamelott se différencie radicalement de toutes les autres séries. Et tout ce mélange, ça créé aussi des répliques que tout le monde a déjà entendu, du « C’est pas faux » au « Arthourrrr, couillèèèère ! » en passant par « JE NE MANGE PAS DE GRAINES ! ».

La série a subi une grande évolution, tout d’abord due à son format, passant de 3 min, à 7 min (pour les épisodes doubles) à 52 min pour la saison 6. Un changement de format pas du tout courant. A la base, Alexandre Astier voulait des épisodes de longue durée, mais M6 préférait des p’tits épisodes à coller après son JT. Pas facile alors de s’adapter, mais pari réussi ! Même si les premières saisons n’ont pas d’énormes fils rouges, il est pour moi important de les suivre dans l’ordre car il peut y avoir certains événements importants, notamment dans les fins de saisons bien évidemment. Et qui dit petit format ne veut pas dire série au rabais, bien au contraire ! En quelques épisodes, on tombe déjà sous le charme de tous ces personnages attachants à leur manière, du cynisme d’Arthur à l’idiotie pure de Perceval et Karadoc, en passant par la peur de tout de Bohort. L’humour est efficace, direct. C’est sous cette forme que le grand public connait la série.

La série change beaucoup à partir de la saison 5, où l’on allonge la taille des épisodes, et où le ton change dramatiquement. Certaines petites blagounettes peuvent être présentes, mais ici, ce n’est pas le but. Alexandre Astier voulait avant tout raconter des histoires, c’est ce qu’il fait ici. De la série au format court, on revient à une « vraie » série où le scénario est primordial, où l’enchaînement des choses se fait de manière plus fluide.

Là où les choses changent réellement du tout au tout, c’est avec cette saison 6. Un ou deux épisodes d’adaptation sont nécessaires pour se mettre dans le bain. L’histoire qui d’ailleurs ici nous parle d’Arthur, mais pas en tant que roi, mais en tant que simple soldat romain, qui grimpe d’échelon en échelon à son statut de roi. Cette saison 6 se révèle passionnante, bien que complètement dramatique pour le coup. Alors pour certains, trop de changements tue le changement.
Alors oui, c’est vrai, l’univers est différent, tout comme la manière de réaliser, mais si c’est réussi, pourquoi pas ? Surtout que c’est cohérent, j’veux dire, ça ne vient pas comme un cheveu sur la soupe. C’est parfaitement réfléchi, et il fallait bien à un moment donné, on revienne aux origines du royaume de Kaamelott. Car oui, la série est réfléchie. M’sieur Astier, depuis le début, il sait comment il veut conclure sa série : par une trilogie de films, ce qui viendra peut-être après cette saison 7. Je ne sais pas trop comment ça va se dérouler, mais on sait pertinemment que l’on ne va pas être déçus. J’ai vraiment hâte de voir ce qu’on nous réserve, surtout après cette fin tellement bien foutue. Cette évolution du roi Arthur au fil des saisons, que l’on soutiendra même quand son moral sera six pieds sous terre. C’est un sacré personnage, très charismatique mais aussi très complexe à cerner au final.

En bref 

Voilà voilà, j’ai fait le tour. J’ai pas détaillé les personnages mais chacun influe sur Arthur à sa manière et ont leur importance à un moment donné (si si, même Perceval le Gallois il se révèle être indispensable, et pas que par son côté comique !). Kaamelott, c’est une des seules séries françaises qui méritent d’être comparées au même niveau que les séries américaines et anglaises (eh d’ailleurs, ils nous ont pas encore volé Kaamelott, c’est bien ça ! En même temps, l’écriture est tellement particulière que je ne pense pas qu’il soit possible de transposer tout ça à l’anglaise. La langue française produit des p’tits miracles parfois !). Même si s’enchaîner les épisodes peut être un poil lassant (surtout quand on arrive vers la fin de saison 3 / saison 4, ça peut devenir lourd d’aligner tous ces petits épisodes), elle reste de qualité exceptionnelle tout du long, en ayant réussi à évoluer sans pour autant devenir du grand n’importe quoi. Je pense que tous ceux qui ont vu la série attendent comme moi de voir ce qui nous attend. On est prêts, Sir !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s