Crossing Lines

Crossing Lines

Chaîne : NBC
Date de création : 2013
Statut : ?
Nombre de saisons : Deux saisons

Critique initialement écrite le 03/04/2014

Synopsis

Dans Crossing Lines, une unité d’élite est mandatée par la Cour Pénale Internationale. Composée par l’inspecteur américain Carl Hickman, le commissaire français Louis Daniel, le sergent italien Eva Vittoria, l’enquêteur allemand Sebastian Berger, le lieutenant irlandais Tommy McConnell et le lieutenant français Anne-Marie San, le tout géré par le suisse Michel Dorn. C’est une série policière assez basique où toute cette équipe va enquêter sur les meurtres en séries qui ont lieu dans les différents pays d’Europe.

Générique, OST et jeu d’acteur

Le générique est sympathique sans être transcendant, très « ‘ricain » comme je le disais, avec une musique très typée action. L’OST est du même genre, qui est d’ailleurs très exagérée. Dès les premières minutes du pilot, on nous balance une musique qui fait genre « WOHOHOOO TOUT LE MONDE EST EN DANGER, LET’S KILL THOSE BASTERDS » … calmez-vous les gars, sans déconner. Le jeu d’acteur est … mitigé. Je découvre Marc Lavoine en acteur, après avoir été chanteur pour midinettes. J’ai personnellement pas du tout adhéré à son jeu, je l’ai trouvé très faux tout du long. Pour le reste ça va à peu près.

Mon avis

Big up tout de même à William Fichtner, l’acteur principal, que j’avais beaucoup apprécié dans Prison Break (Alex Mahone). Mais dans cette série, concrètement, il reprend exactement le même type de rôle : le flic à problèmes qui se drogue… Son jeu reste très bon, mais j’aurais préféré un rôle qui change un peu. C’est une des raisons pour lesquelles j’ai regardé la série, mais aussi parce que j’étais curieuse de ce melting-pot, ce que ça pouvait donner. Soit disant série franco-allemande, dans le fond et la forme, c’est une série policière typiquement américaine. Que ce soit dans le rythme, le type d’intrigues, la réalisation, …

Concrètement, elle n’a rien de fabuleuse, mais elle joue son rôle : elle distrait. Pas de temps mort, la série fait ses intrigues sur un ou deux épisodes (il y a quand même eu 3 doubles épisodes, et sur 10 épisodes, c’est pas mal). Un double épisode permet de développer un peu plus l’intrigue. Il n’y a pas grand-chose de spécial dans la série, pourtant j’aime bien, même si elle est loin d’être exempt de défaut.

Le principal défaut, c’est la langue. Je m’explique en prenant un exemple : dès le pilot, les deux personnages français, qui sont en France, sans aucun autre personnage autour, parlent en… anglais. C’est pareil pour l’allemand, l’italien, … En gros, les dialogues restent en anglais pour ne pas faire « fuir » le public américain qui n’est pas très branchouille langues étrangères. Mais dois-je rappeler que dans des séries qui ont eu quand même un grand succès, telles que Lost ou Heroes, les scènes où les personnages ne parlaient pas anglais étaient nombreuses ? Alors pourquoi enlever le peu de réalisme que la série n’avait déjà pas ? Car en plus de ça, l’allemand, qui est le nerd de la bande, a des machines de ouf pour retrouver les meurtriers, des machines que même une série de science-fiction n’aurait pas la décence d’inclure dans ses épisodes.

Mises à jour

Article mis à jour le 02/12/2014 pour la saison 2

Attention spoilers ! Ne pas lire si vous n'êtes pas à jour... ou que vous vous en foutez de savoir la suite !

Attention spoilers !
Ne pas lire si vous n’êtes pas à jour… ou que vous vous en foutez de savoir la suite !

Cette saison 2 de Crossing Lines suit à peu près l’esprit de la première. Pas de grande surprise dans la forme donc, si ce n’est que dans le fond, on essaye d’analyser un peu plus le passé de chaque personnage, qui par conséquent influe sur les décisions du présent. Ce n’est pas plus mal ! Combien de séries policières analysent un ou deux persos principaux et laissent loin, très loin les personnages pourtant présents à chaque épisode mais qui ne sont pas principaux (ni réellement secondaires d’ailleurs) ?

Dans Crossing Lines, on n’hésite pas à zigouiller des personnages principaux : Anne-Marie en fin de première saison, et potentiellement deux en cette fin de deuxième saison : Louis (bye bye Marc Lavoine, tu ne me manqueras pas, toi, ton accent d’merde et ton jeu pourri) et peut-être Eva, au vu de la tronche de déterré que tire Dorn. C’est bien et pas bien à la fois : bien parce que ça change un peu de la routine des personnages principaux « invincibles », mais en même temps, on s’y attendait au vu de l’intrigue. C’est le problème d’ailleurs : quasiment aucun suspense, il est évident que telle personne va faire telle chose, tout est prévisible et c’est bien dommage.

On garde le côté « international » de la série, avec quelques répliques sympas sur les uns et les autres, mais toujours ce problème d’incohérence au niveau de la langue (deux allemands qui parlent qu’à deux, j’suis désolée mais ils parleront pas allemand, c’est pareil pour des français ou des espagnols…) .

Après la série est loin d’être parfaite, on a vu beaucoup mieux, mais on a vu carrément pire aussi. Après ça distrait, ça reste sympa (j’regarde surtout à cause de William Fichtner, alias Carl Hickman dans la série, j’adore cet acteur), mais ça ne casse pas trois pattes à un canard. Faut pas en espérer trop !

Le spoiler est fini, tu peux ouvrir à nouveau tes yeux si tu n'étais pas à jour !

Le spoiler est fini, tu peux ouvrir à nouveau tes yeux si tu n’étais pas à jour !

En bref

Crossing Lines est une série sympathique, bien que pas très originale, elle fait office d’une énième série policière qui distrait bien.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s