Entourage

Entourage

Chaîne : HBO
Date de création : 2004
Statut : Terminée (2011)
Nombre de saisons : Sept saisons + un film pour 2015

Critique initialement écrite le 27/12/2013

Synopsis

Entourage, c’est l’histoire de Vincent Chase, une étoile montante du cinéma issu des quartiers pauvres de New York. Il est maintenant connu de tout Hollywood, et bien entouré : son frère ainé, Johnny Chase alias Drama, est lui aussi dans le milieu, mais sa carrière est très loin d’être aussi florissante ; Eric Murphy (appelé E.) est le manager de Vince et également son meilleur ami qu’il connait depuis tout petit ; et enfin Turtle, également ami d’enfance de Vince, qui lui est plutôt un « homme à tout faire », il est essentiellement son chauffeur au début de la série. Vince est également suivi de très près par Ari Gold, son agent, qui se démène pour lui apporter les meilleurs scripts. Vince, E, Drama et Turtle vivent tous les 4 dans une belle maison à L.A., profitent de la ville en allant à de nombreuses soirées et en rencontrant pas mal de nanas. Mais souvent, des soucis arrivent, que ce soit professionnellement ou dans leurs vies personnelles.

Générique, OST et jeu d’acteur

Le générique ne m’a jamais emballé plus que ça. Etant donné qu’il dure près d’une minute 10 sans qu’il ne se passe grand-chose dedans, je l’ai très très souvent passé. Malgré une musique sympa (interprétée par Jane’s Addiction et s’intitulant Superhero), visuellement parlant, on s’ennuie ferme, puisqu’on ne fait que conduire à travers les rues de Los Angeles sans voir des choses intéressantes.

L’OST est assez variée et réussie : Rihanna, Daft Punk, Franz Ferdinand, The Clash, Jay-Z, … Bref autant d’artistes qui font que l’OST est dynamique et colle à l’ambiance de la série.

Le jeu d’acteur est très bon. Tous les personnages finissent tôt ou tard par subir une évolution, la plus visible pour moi étant celle de Turtle : d’un personnage plutôt en retrait au début, il trouve sa place au fur et à mesure et trouve sa voie professionnellement, s’investissant dans différents projets. Vinnie qui pouvait parfois faire des espèces de caprices de star a fini par mûrir, après avoir un peu trop profité de sa célébrité en flirtant avec des centaines de filles. E, souvent un peu trop bouffé par Ari, fait valoir ses idées de carrière pour Vince et ne reste plus aussi dépendant à ce dernier. Drama, malgré son côté has-been/beauf-macho et ses chemises ridicules, essaye réellement de persévérer dans le milieu, même si peu de monde se souvient son petit moment de gloire dans les années 90, ses efforts finiront par payer sans pour autant dépendre de son frère. Et gardons le meilleur pour la fin, celui qui pour moi, fait le show à lui tout seul : Ari Gold. Ce type est génial. Il est sans scrupule, mais c’est l’un des meilleurs agents dans tout le pays, n’hésite pas de se foutre ouvertement de la tronche de tous ceux qui croisent son regard, notamment de son assistant Lloyd, en insistant sur son homosexualité et ses origines asiatiques. Il l’apprécie beaucoup malgré tout, et aime très fort sa famille, même s’il n’est pas assez présent pour eux, et que son portable est devenu une extension de son bras vu qu’il passe sa vie au téléphone. Ca faisait longtemps que je n’avais pas vu un personnage avec autant de répartie et de répliques qui font mouche.

Mon avis

Selon moi, la série est de qualité constante. A part peut-être la première saison qui se cherche un peu (comme souvent, surtout dans une comédie), le reste s’enchaine très facilement. La série me fait penser un peu à Californication sur certains points, notamment la relation artiste-agent/manager (j’ai encore du mal à faire la différence entre les deux d’ailleurs, même après 8 saisons !), avec aussi ce côté « on s’en fout, on est à L.A. », le tout avec moins de cul.

Ce qu’on peut regretter dans Entourage, c’est le scénario qui tourne un peu en rond : Ari dégote un projet pour Vince, Vince est tenté mais ne l’accepte pas tout de suite, il faut alors se débrouiller pour ne pas perdre le projet, Drama essaye d’avoir un truc potable, … Enfin voilà, y a pas vraiment de scénario changeant. ET POURTANT, ça ne m’a même pas dérangé en regardant la série, parce qu’on ne s’ennuie pas du tout. Je me suis amusée de bout en bout.

Le truc en plus par rapport à d’autres comédies, c’est le fait que ce soit diffusé sur HBO. Et qui dit HBO dit moyens. Ça commence par des beaux décors qui ne font pas carton-pâte, mais c’est surtout le nombre incroyable de guests : au minimum un acteur célèbre par épisode. Certains ne seront là que pour un épisode (voir quelques secondes), mais d’autres seront des personnages récurrents pour toute une saison. Le truc particulier, c’est que l’acteur peut très bien interpréter un personnage créé de toute pièce, mais il peut aussi se jouer lui-même. Ainsi Leighton Meester (Blair dans Gossip Girl) jouera un personnage, mais la majorité des acteurs vont jouer leur propre rôle : John Stamos, Scarlett Johansson, Eminem, Melinda Clarke et j’en passe. C’est vraiment un atout qui permet d’attacher un certain réalisme à ce qui se passe, l’agent rencontrant de vrais acteurs, et Vince jouant avec. On peut du coup voir l’envers du décor, même si la série n’est pas non plus un documentaire ou un calque parfait de la réalité. Ce qui est bon de voir aussi, c’est que Vince n’est pas devenu une star oubliant complètement son passé : il reste avec son frère et ses amis, quoi qu’il arrive, du début à la fin. A ce niveau-là, il reste très terre-à-terre.

En bref

Entourage est une série méconnue en Europe et en France (encore une) et qui pourtant mériterait amplement d’être diffusée pour le grand public. Le format le permettrait en plus : un épisode dure environ 25 min, un épisode peut potentiellement être vu indépendamment des autres (même si ce n’est pas l’idéal bien sûr, mais si on réfléchit juste au niveau de l’audimat, ça fonctionnerait). Je me suis vraiment régalée en regardant la série, et ce même si l’épisode final est plutôt bâclé et où les événements passent beaucoup trop vite, j’ai hâte de voir ce que le film donne. Une série ayant de faux airs de Californication, qui promet de bons moments de divertissement sans se prendre la tête.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s