Rectify

Rectify

Chaîne : Sundance Channel
Date de création : 2013
Statut : Terminée (2016)
Nombre de saisons : Quatre saisons

Critique initialement écrite le 10/03/2014

Synopsis

Nous sommes en Géorgie, et nous faisons la connaissance de Daniel Holden, qui à l’âge de 18 ans fut condamné à mort pour viol et meurtre sur sa petite amie de l’époque Hannah. Mais 19 ans plus tard, Daniel est libéré grâce à de nouvelles preuves ADN. Il essaye donc de se reconstruire une vie, chose pas simple quand on est resté enfermé pendant presque 20 ans dans une cellule minuscule, sans fenêtre, seul. Tout n’est pas gagné pour Daniel, il attend qu’un nouveau procès ait lieu ; de plus, beaucoup d’habitants de sa ville natale le croit toujours coupable, et sa famille a énormément de mal à discuter avec lui. La personne de sa famille qui reste la plus proche est Amantha, sa sœur. Sa mère est encore assez distante, son père est mort depuis quelques années déjà. Il doit alors faire la connaissance de son demi-frère, Jared, qui lui est justement en pleine adolescence.

Générique, OST et jeu d’acteur

Le générique de la série, bien que pas forcément très original visuellement, est assez sympathique. Durant environ 30 secondes, on voit les personnages sur des photos, photos parfois « animées », et la musique qui l’accompagne, intitulée « Bowsprit » et interprétée par le groupe Balmorhea est très jolie, légère, tranquille. L’OST est du même acabit, et ça c’est bien, parce que de temps en temps, ça fait du bien d’entendre des p’tits morceaux tranquilles à la guitare. Le jeu d’acteur est très bon. Même si le personnage de Daniel peut paraitre un peu trop « calme », c’est le personnage qui est écrit de cette manière, et l’acteur l’interprète très bien. J’ai trouvé intéressant le parallèle qui a été fait entre le personnage de Jared et Daniel, car quand Daniel revient, il essaye de « finir » son adolescence là où il l’a laissé.

Synopsis

Rectify est une série qui a un rythme assez lent, un peu du même style que Six Feet Under, ce qui peut en rebuter certains. Ce n’est pas une série avec de l’action et des explosions dans tous les sens, eh non. Mais ce rythme correspond parfaitement au retour à la réalité du personnage principal, qui redécouvre tout : du simple terrain de baseball au supermarché, en passant par sa maison et les gestes quotidiens. Cette série a été produite par les mêmes personnes qui ont produit Breaking Bad, et on sent cette touche qui rappelle certains moments de cette dernière.

Rectify peut poser plusieurs questions à laquelle on peut plus ou moins répondre, entre autres concernant la peine de mort, la liberté, la religion ou encore la justice. Cependant, la série ne traite pas « directement » ces questions, je trouve qu’elle a une approche légère de tout cela, le cas de Daniel étant tellement exceptionnel que la manière de traiter cette affaire peut être différente de ce que l’on peut penser pour la plupart des autres cas.

La série est très bien filmée, avec de beaux panoramas, des levers ou couchers de soleil qui font du bien au moral. Rectify est aussi parsemée de scènes en flashback où l’on retrouve Daniel dans ce couloir de la mort, qui communique avec un autre prisonnier via une pauvre petite grille. C’était quasiment son seul contact humain, et il y tient. Ce qui est perturbant d’ailleurs, c’est qu’on peut le voir parfois plus souriant dans sa cellule microscopique qu’au retour dans sa ville.

Mises à jour

Article mis à jour le 26/08/2014 pour la saison 2

Attention spoilers ! Ne pas lire si vous n'êtes pas à jour... ou que vous vous en foutez de savoir la suite !

Attention spoilers !
Ne pas lire si vous n’êtes pas à jour… ou que vous vous en foutez de savoir la suite !

Cette saison 2 de Rectify, je l’attendais avec impatience, après avoir été complètement bluffée par la saison 1. Et malheureusement, j’ai dû viser un peu trop haut… j’ai été déçue je dois l’avouer.

Cette saison de 10 épisodes (contre 6 pour la première, ça peut jouer également, le nombre d’épisodes) était… plus vide je trouvais. On récupère Daniel dans un mauvais état, il met forcément quelques épisodes pour s’en remettre. Conséquence : autour, pas grand-chose, des choses se passent, certes, mais toujours d’un rythme très lent.

Etant donné que je n’ai pas visionné la saison 1 et 2 de la même manière (saison 1 en deux jours et saison 2 au rythme de diffusion américain), je n’ai sûrement pas accroché de la même manière, je regarderai la saison 3 d’un coup, je pense que pour ce genre de séries, c’est préférable. Avec un rythme comme celui-ci, vaut mieux rester dans le vif du sujet tout du long.

J’ai été plus transportée par les deux-trois derniers épisodes, qui me faisaient regagner de l’intérêt.
Dans cette saison, on revient sur le cas même de Daniel : innocent ou pas ? Car au final, on ne sait pas vraiment… et on a la réponse au final de cette saison. Réponse assez terre à terre je trouve. J’adore toujours autant le personnage d’Amantha (j’aime beaucoup l’actrice, ça aide), qui essaye d’aller de l’avant tout en tentant d’aider son frère comme elle peut. Mais comme beaucoup de monde, elle se mange de temps en temps des espèces de gros vents dans la face.

On revenait aussi sur le cas du couple Teddy/Tawney, couple qui parait tellement hors du temps avec leurs principes à la con. On dirait un couple des années 50 : l’homme qui pousse ses coups de gueule et la femme qui ne bronche pas, quitte à ne pas être heureuse. Mais heureusement, elle ouvre enfin sa bouche, la Tawney. Pas trop tôt, ma grande !

J’ai clairement préféré la saison 1 à la 2. Ce n’est pas qu’elle est mauvaise, c’est juste que je l’ai trouvée plus vide. Peut-être que seulement 6 épisodes par saison (comme certaines séries anglaises) ne serait pas plus mal pour Rectify. J’attends quand même de voir ce qui va se passer dans la prochaine saison, car cette série a quand même quelque chose de particulier.

Le spoiler est fini, tu peux ouvrir à nouveau tes yeux si tu n'étais pas à jour !

Le spoiler est fini, tu peux ouvrir à nouveau tes yeux si tu n’étais pas à jour !

En bref

Rectify est une série qui, malgré le fait qu’elle soit assez lente (ce qui ne m’a pas du tout dérangé, sûrement parce que maintenant ce rythme ne me fait plus peur, une fois que t’as vu Six Feet Under, The Wire, et quelques autres, tu peux tout voir !), m’a captivée par cette ambiance à la fois reposante et qui pourtant traite des sujets importants. Je me demande ce que la saison 2 réserve, j’ai hâte !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s