P’tit Quinquin

P'tit Quinquin

Chaîne : Arte
Date de création : 2014
Statut : Terminée
Nombre de saisons : Une saison

Critique initialement écrite le 27/09/2014

Synopsis

P’tit Quinquin se déroule à Audresselles, un petit village côtier à une dizaine de kilomètres de Boulogne-sur-Mer (pour ceux qui ne me connaissent pas en vrai, c’est mon bled ! Enfin ça ne m’empêche pas de n’avoir jamais mis un pied à Audresselles haha). P’tit Quinquin, c’est le nom d’un p’tit gamin de onze ans, accompagné par Eve, son « amoureuse ». A Audresselles donc, une affaire policière improbable arrive : une femme en plusieurs morceaux est retrouvée dans une vache, la vache étant dans un blockhaus. Deux gendarmes de Boulogne vont donc « enquêter » : le commandant Van der Weyden, un type rempli de tics faciaux, et son subordonné, Rudy Carpentier, qui est quelque peu passif à tout ce qui se passe. Le tout de manière très burlesque, parodique et ironique, c’est surtout sur ces aspects que je vais essayer de traiter avec vous.

Générique, OST et jeu d’acteur

Le générique est simpliste et enfantin : de simples traits noirs forment les contours des silhouettes des personnages et du décor, avec comme musique les deux enfants qui chantent la chanson « P’tit Quinquin ». La musique est assez peu présente, excepté un même titre (dont j’ignore le nom) chanté par la « diva de la campagne » (une jeune ado), deux fois chantée dans des situations différentes et une fois en instrumental. Le jeu d’acteur est particulier à la série puisque ici, ce sont des amateurs qui jouent ! Le créateur de la série, Bruno Dumont, a pioché dans les habitants du coin. Je trouve le jeu des deux gamins assez vrai, pas exagéré, c’est franchement pas mal pour des amateurs. Ca doit être à peu près le cas pour tous les acteurs, ils ont l’air assez vrais. Alors certes les personnages sont plus ou moins supportables, mais bon, ils comme ça !

Mon avis

La série fait beaucoup parler en ce moment : entre côté décalé et fraicheur pour certains ; entre perplexité et incompréhension pour d’autres, elle ne laisse pas les spectateurs sans réaction.

Pour ma part, au premier épisode, j’étais dans la deuxième catégorie : je n’avais pas trop lu le synopsis et j’ai juste été curieuse de ce que l’on pouvait produire dans la cambrousse du coin (si ce n’était pas par chez moi je ne pense pas que j’aurais regardé). Résultat : quand on est du coin et dans cette deuxième catégorie, on se sent offensé, offusqué, puis en colère contre une énième émission qui ridiculise les gens du Nord. Bah oui bien sûr, on est tous des paysans au visage asymétrique, aux dents défoncées et à l’accent incompréhensible.

Conséquence de mon ressenti et du fait que la série soit plus ou moins nominée par quelques prix, j’ai fait quelques recherches et lu quelques articles. Résultat : la série est FAITE POUR CA, puisqu’elle parodie plusieurs aspects. Tout d’abord les Nordistes bien sûr, mais aussi les séries policières en général. Et je trouve aussi que P’tit Quinquin fait un pied de nez aux séries policières assez courtes du moment qui ont un grand succès critique, comme True Detective. En quoi ça parodie True Detective ? Ces plans contemplatifs volontairement très longs, une réalisation qui est donc elle aussi très lente, enfin tout est lent quoi. Evidemment, vu comme ça, « Les Américains ont True Detective, nous on a P’tit Quinquin », ça rend le tout un peu tristoune. P’tit Quinquin ne se regarde ni au premier, ni au deuxième, mais au millième degré pour au moins faire la tentative d’apprécier un minimum ce que l’on regarde.

Partant maintenant du postulat que c’est bien volontaire cette parodie, j’ai pu regarder les trois autres épisodes avec un autre œil. Cela n’empêche que ça ne m’emballe pas des masses. Ne serait-ce que pour les dialogues : j’ai toujours vécu dans le Pas-De-Calais, mais une partie des dialogues passe à la trappe, vu que les personnages parlent très fortement dans leurs dents, accompagné de l’accent bien prononcé, mater P’tit Quinquin devient un exercice ! Le scénario est volontairement décalé et burlesque, mais bon concrètement ça ne va nulle part, je pense que le créateur ne savait pas non plus quoi en faire. J’ai aussi l’impression que la série a séduit le public qui n’était pas visé à la base : des gens qui voulaient trouver une occasion supplémentaire de se foutre de notre gueule, le tout lors d’un apéritif dinatoire, tous fiers d’aimer un truc qui sort des sentiers battus. OUI, j’ai résumé très grossièrement et il n’y a pas que ce genre de public, néanmoins il y en a, et ça, ça m’énerve profondément. Le fait que ça se passe dans un village de 800 habitants fait penser aux critiques à Twin Peaks. Alors j’aimerais bien qu’on arrête de trouver un côté Twin Peaks à tout. Ici, même si des trucs zarbis s’y passent, il n’y aucune aura étrange, aucune inquiétude, pour moi, aucun rapprochement n’est à faire.

En bref

Cette mini-série aurait pu me séduire (encore que, c’est vraiment pas le genre qui m’attire, j’aime bien regarder un peu de tout, mais j’ai mes limites, comme tout le monde !), mais il y a beaucoup de longueurs, la série aurait pu gagner en ne faisant que trois épisodes. P’tit Quinquin reste cependant à part, mais est-ce positif dans ce contexte ?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s