The Leftovers

The Leftovers

Chaîne : HBO
Date de création : 2014
Statut : En cours
Nombre de saisons : Deux saisons, renouvelée pour une troisième saison

Critique initialement écrite le 10/09/2014

Synopsis

The Leftovers (traduction : Les restes, mais ici dans le sens « ceux qui restent ») se passe dans la petite ville de Mapleton. Du jour au lendemain, 2% des êtres humains disparaissent d’un coup de la surface de la Terre. Tout le monde est touché de près ou de loin par ces disparitions soudaines, sans explication rationnelle. L’action se passe 3 ans plus tard cette « catastrophe », qui n’est pas sortie de la tête des gens. On suit essentiellement la famille Garvey : le père, Kevin, est le shérif de Mapleton. Il continue de vivre avec sa fille Jill, qui est un peu en mode rebelle depuis cet événement, et le fils Tom qui lui est parti du foyer histoire de trouver un nouveau sens à sa vie. Le problème essentiel, c’est la mère, Laurie, qui a rejoint une espèce de secte, les Guilty Remnants (« Les restants coupables »). Ce groupe regroupe donc tout un tas de personnes qui, en rejoignant cette secte, s’interdisent le droit à la parole (oui, ils ne parlent plus DU TOUT, même entre eux, ils communiquent avec un papier et un crayon), portent une sorte de combinaison blanche et passent leur temps à fumer des clopes. Un groupe bien bizarre et très mystérieux. Le but de la série n’est pas de comprendre le pourquoi du comment de la disparition de toutes ces personnes, mais de voir comment les Leftovers vivent à présent. C’est une série psychologique (un peu comme Lost à certains moments de la série) et non post-apocalyptique comme on pourrait peut-être le comprendre avec le synopsis.

Générique, OST et jeu d’acteur

Le générique de la série est clairement unique : son theme song est particulièrement accrocheur et fascinant, surtout avec son espèce de pause au bout de 5 secondes qui a fait arrêter mon cœur quand je l’ai entendu la première fois, il impose comme une espèce de tension. Le visuel est également très beau : une peinture sur un dôme où l’on voit des personnes réagir à la disparition soudaine : certains pleurent, d’autres sont en colère, … Bref, les sentiments et sensations sont mélangés, mais tout le monde se sent différent. L’OST suit cet esprit, il est très réussi. Le jeu d’acteur est nickel, tous les personnages une personnalité complexe.

Mon avis

Au début de la série, je n’étais pas forcément super emballée : on se pose des milliards de questions, c’est assez lent, assez flou, on ne sait pas trop où on va, et plus on avance dans la saison, plus on comprend un peu plus le pourquoi du comment. Je pense qu’il m’aura fallu 4-5 épisodes pour réellement accrocher. Ce n’est pas une série super accessible au début, mais il faut continuer, et une assez grande partie des questions obtiennent des réponses (entièrement ou partiellement) notamment dans l’épisode 9, entièrement en flashback avant le fameux jour. On a juste assez de réponses pour comprendre, sans pour autant révéler tout d’un coup, ce qui pourrait quand même gâcher une part du suspense. J’ai trouvé cet épisode super bien foutu, super intriguant et captivant étant donné qu’on a enfin un peu plus de réponses.

De toute façon, quand il s’agit HBO, rares sont les séries de mauvaise qualité, mais nombreuses sont les séries compliqués au premier abord. Il suffit de s’accrocher pour être conquis. Le final de la saison est également réussi, et il reste un cliffhanger sans pour autant que l’on soit frustré comme on aurait pu l’être en début de saison. Mais j’ai quand même carrément hâte de voir la suite du coup ! Ils sont pas cons les scénaristes, ils nous ont bien mené en bateau en nous faisant croire que nos questions resteraient sans réponse encore longtemps, mais non !

Outre le scénar’, la série est superbement filmée. La série est donc un plaisir visuel et auditif, si c’est pas beau ça ! Bah ouais, si le contenu est bon, c’est toujours sympa d’avoir un joli packaging avec (Allez bim, sens la nana qui étudie le commerce international, haha) ! The Leftovers, vu sous un certain angle, c’est un peu du Lost à l’envers en fait : on ne se focalise plus sur les gens disparus, mais les gens encore présents (beh oui, Lost il nous a jamais expliqué comment se sentaient les familles des disparus, hein, hein ?). Pas étonnant que ce soit le même créateur !

En bref

The Leftovers impose donc une atmosphère bien particulière, une série qui nous fait réfléchir comme ça faisait un bon moment que j’en avais pas vu, avec des personnalités développées jusqu’au bout. Si le début laisse carrément perplexe et qu’on se sent à côté de la plaque, la suite répond à nos attentes, c’est une très bonne surprise ! Si vous avez aimé Lost par son côté psychologique, vous aimez The Leftovers !

Publicités

2 réflexions sur “The Leftovers

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s