The Brink

The Brink

Chaîne : HBO
Date de création : 2015
Statut : En cours
Nombre de saisons : Une saison, renouvelée pour une seconde saison

Cliques ici pour lire en musique !

Synopsis

A l’heure des conflits géopolitiques presque incessants, nous verrons comment les Etats-Unis essayent, non sans mal, de se dépatouiller de ces crises et d’éviter une troisième Guerre Mondiale. C’est ainsi que Walter Larson, secrétaire d’Etat, Alex Talbot, un agent du service extérieur et Zeke Tilson, pilote de chasse de la Marine, vont plus ou moins coopérer à distance pour essayer de calmer la situation.

Générique, OST et jeu d’acteur

Le générique d’une quinzaine de secondes (ce qui est court pour un générique HBO) n’est pas très marquant et on passera rapidement. Dans les tons orangés on voit des dessins de la Terre avec des chars, des hélicos, des engins de guerre, se finissant sur un index qui pousse un bouton rouge, symbolisant bien sûr cette implosion géopolitique à laquelle nous allons assister.
L’OST n’est pas très remarquable non plus, on notera quelques titres bien connus généralement en fin d’épisode (Back To Black, Purple Haze, …), sinon rien de spécial à signaler. Le jeu d’acteur est assez bon, Tim Robbins (Walter Larson) est celui qui tient essentiellement le show sur ses épaules. Jack Black (Alex Talbot) a su être meilleur, même si il est parfois très drôle mais je trouve qu’il est assez limité dans son jeu par sa storyline, quant à Pablo Schreiber (Zeke Tilson) que j’avais pu voir dans Orange Is The New Black (si si, Pornstache, c’était lui) est pas mal du tout ! Il a cependant tendance à être un peu éclipsé au niveau du temps à l’écran par rapport aux deux autres je trouve.

Mon avis

Si j’ai regardé cette série, c’est parce que c’est une comédie HBO, tout comme Ballers où j’ai pu écrire la critique hier, et aussi parce que j’étais curieuse de voir Jack Black dans une série avec un tel synopsis. Je suis fan de Tenacious D et j’aime le style de jeu de Jack Black, malheureusement comme je le disais plus haut, il n’est pas spécialement exploité ici, il reste au final assez neutre et plat.

Parlons plutôt de la série en elle-même maintenant. Avec tous ces conflits à échelle mondiale, cela rappelle sans aucun doute Homeland, en version comédie.

Malgré quelques bonnes scènes bien foutues et drôles, je n’ai pas vraiment accroché à cette série. Non pas qu’elle soit mauvaise, juste pas vraiment mon style d’humour. J’suis pas particulièrement exigeante en comédie mais je sais pas, peut-être que je n’ai pas envie, pour une fois, de me prendre la tête en regardant une série, d’autant plus une comédie, avec des problèmes d’ordre international. Tout comme Homeland, on peut zapper qui est telle ou telle personne dont ils parlent, quel est le véritable enjeu de cet épisode et pas seulement le but à long terme qui est de « faire la paix ». Je ne rentre pas dedans, ça arrive, c’est peut-être une question de timing, je n’étais pas chaud chaud pour une série de ce genre. Je ne pense pas la reprendre l’été prochain, en tout cas pas dans l’immédiat. Si les retours sont un peu plus positifs, peut-être que j’y reviendrais.

Comme je le disais, c’est Tim Robbins qui tient un peu la série grâce à son personnage de Walter Larson. Il arrive des couilles au niveau de sa santé qui sont assez marrantes, et le fait qu’il soit quelque peu obsédé sexuel rajoute de l’humour à tout ça.

Le personnage de Pablo Schreiber est aussi très sympa. J’ai beaucoup aimé quand ils ont débarqué dans je ne sais plus quel pays avec ce couple complètement fou, dont la femme est interprétée par Michelle Gomez (alias Missy dans la saison 8 de Doctor Who). J’aime bien cette actrice qui est très atypique et dont ce rôle lui va comme un gant.

Je dirais aussi que parfois il y a quelques problèmes de rythme, ce qui fait qu’on peut décrocher de la situation assez facilement.

En bref

Je pense que la série se cherche encore un peu et doit trouver un certain équilibre. Comme je le dis souvent, il n’est pas rare que des comédies prennent une saison pour s’installer, c’est possible que ce soit le cas ici, qui sait ? The Brink est une comédie pas forcément très attirante au premier abord, mais pouvant utiliser des gags qui marchent. Pour le moment, elle n’est pas forcément indispensable à regarder, mais elle peut vous intéresser si vous aimez bien Tim Robbins.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s