Making A Murderer

Making A Murderer

Cliques ici pour lire en musique !

Une critique un peu à part encore une fois, à l’image de celle de The Jinx que j’ai faite il y a un mois, Making A Murderer est là aussi une série documentaire, cette fois-ci signée Netflix.

Making A Murderer revient sur l’affaire Avery. Steven Avery a été emprisonné pendant 18 ans pour agression sexuelle. Cependant, il a été innocenté via un test ADN. Il essaye alors de se reconstruire, mais la suite des événements n’est pas forcément jouasse, je n’en dis pas plus, je discuterais plus longuement en zone spoiler.

Nous sommes dans l’Etat du Wisconsin aux Etats-Unis, dans le comté de Manitowoc, qui a l’air d’être un coin un peu paumé, pas très peuplé et assez conservateur. En bref, les nouvelles sur quelqu’un du coin circulent vite.

Tout comme The Jinx, il y a une partie plus classique où l’on retrace les événements, et une partie procédurale. Le tournage du documentaire s’est déroulé sur plus de dix ans, alors forcément il y a beaucoup de matière, avec beaucoup d’interlocuteurs qui disent chacun ce qu’ils veulent. Et dans tous ces propos, il y a des choses ahurissantes, et c’est pour ça qu’il faut voir cette série. Parce que ces propos peuvent avoir des conséquences terribles et ce de manière injustifiée.

Niveau réalisation, j’dirais que, même si forcément ça s’immisce dans la vie des gens (un documentaire sur dix ans, c’est normal à un moment donné), il est assez vrai et moins « mis en scène » que The Jinx de manière générale. Après clairement on a envie de pencher d’un côté de la balance plutôt que de l’autre après avoir vu dix épisodes et des choses assez accablantes, c’est tout de suite plus compliqué d’être réellement objectif, néanmoins le doc’ fait son boulot, et on est pris dedans. Là encore, on a un générique à la True Detective un peu, comme pour The Jinx. On sort les violons mystérieux pour la musique du générique et une guitare vénère pour le thème de clôture que j’ai mis en lien plus haut.

Au début je me suis dit que je n’allais pas trop aimer et que j’allais passer à côté, mais en fait pas du tout, parce qu’il y a quelque chose qui arrive dans la vie de Steven Avery et que ça fait vraiment rager.

Bon déjà ça fait rager qu’un homme innocent ait passé 18 ans de sa vie en taule. Imaginez un peu le délire quoi… vous criez votre innocence et elle n’est pas entendue, la justice se trompe. Alors évidemment on a envie de remettre en question tout le système judiciaire américain quand on voit les dix épisodes, la confiance ne règne pas DU TOUT.

C’est compliqué de parler du doc’ sans « spoiler » (je mets le mot entre guillemets vu que bon, c’est une histoire vraie hein, donc si vous voulez savoir la vie du gars suffit de chercher sur Google et bingo), car personnellement j’me suis gardée la surprise, j’avais envie de découvrir la vie de ce gars au travers de ce doc. Tout ce que je peux dire, c’est de tenter l’expérience. Les épisodes sont assez longs c’est vrai (60 minutes pour la plupart), mais voilà, ça se regarde assez facilement.

Je dirais que j’ai globalement préféré The Jinx à Making A Murderer tout de même, tout simplement parce qu’il est peut-être plus « fascinant » de voir un mec qui clairement est pas net esquiver son sort, que le type est directement interrogé devant nos yeux ; que de voir au final un mec innocent. Mais le documentaire est intéressant dans une toute autre facette, en l’occurrence toute la procédure qui est encore une fois, aberrante.

Spoiler Alert

Attention spoilers ! Ne pas lire si vous n’êtes pas à jour… ou que vous vous en foutez de savoir la suite !

Bon, allons dans le vif du sujet.

Ce procès est tout simplement une honte, comment peut-on appeler ça un procès ? La présomption d’innocence n’est pas appliquée, on accuse Steven avant même que d’éventuelles preuves, aussi bancales soient-elles, apparaissent.

Tout ce procès est une vaste supercherie, rien n’est fait en règle. Il y a tellement de choses ouf que je ne saurai pas où commencer.

J’aimerais aborder notamment le jeune Brendan Dassey, qui clairement a pas la lumière à tous les étages. Il a commencé par confesser des choses qu’il n’a pas vu, tout en étant clairement poussé par les flics d’avouer des choses. On le pousse à être coupable, ou tout du moins impliqué dans le meurtre de Teresa Halbach. Quand on voit les vidéos des interrogatoires, on voit qu’il ne comprend pas la situation, tout ce qu’il veut, c’est rentrer chez lui. Comme si, si il confessait quelque chose, vrai ou pas, il rentrerait à la maison, alors qu’il s’implique directement pour être condamné à perpet’. Il ne se rend pas compte de la situation du tout, et ça ne dérange personne !

Le frère de Teresa est pas net non plus. Très exposé médiatiquement, limite il sourit parfois de la situation, et alors que les preuves ne prouvent rien du tout concernant Steven, il reste persuadé de sa culpabilité, au lieu de se remettre en question et d’essayer de trouver le vrai coupable, pas juste un mec qui peut être potentiellement un suspect.

Les deux avocats de la défense de Steven, Dean Strang et Jerry Buting, restent des héros dans cette histoire. Non ils n’ont pas sauvé Steven d’un deuxième sort aussi atroce que la première fois, mais ils ont cru cet homme, l’ont aidé jusqu’au bout et continuent à s’impliquer dans l’enquête. Une affaire pareille ne s’oublie pas.

Ah y a des choses sympas aussi, comme Ken Kratz, qui envoie des SMS à une personne qu’il représentait. Cette personne subissait des violences conjugales, et le mec il fait quoi ? Il envoie des SMS la harcelant pour abuser d’elle. Une honte ce type, un déchet.

Y a aussi cette histoire de je ne sais plus quel flic disant « ah bah si on voulait faire disparaître Steven, on l’aurait tué directement, LOL ! ». Nan mais comment tu peux être des forces de l’ordre et dire ça sans pression, c’est fou, la confiance règne dans ce pays !

C’est parce que l’on a « que » 10 heures de documentaire que les erreurs frappent encore plus aux yeux. On a un condensé de toute cette histoire surréaliste. Ce documentaire va peut-être remettre en question le procès, tout du moins je l’espère. On ne dit pas que la police est forcément coupable, mais un truc louche s’y passe, c’est certain. Et pour moi, Steven et Brendan sont innocents. Y a juste trop de choses qui collent pas pour Steven, et Brendan est retardé mentalement et a dit des conneries pour rentrer chez lui, mais raté gamin.

Et puis bordel, après 18 ans en prison pour rien, Steven continue de crier son innocence, il passe son temps à la bibliothèque de la prison pour bosser sur le dossier d’appel, alors qu’il est loin d’être un avocat. J’pense pas qu’un mec coupable mette autant d’implication dans un dossier pareil alors qu’il est innocent. Si il était coupable de ce crime, il l’aurait dit depuis le temps. Si cet homme est bel et bien innocent, le mec a la poisse la plus gigantesque du monde. Imaginez si ça vous arrive !

La série fait penser un peu à Rectify, partant d’un même postulat de base (quasiment 20 ans en taule alors que la personne est innocente, disculpée grâce à l’ADN). Mais Rectify est une oeuvre de fiction, et donc en bien des choses elle est différente, et forcément le documentaire prend encore plus à cœur la cause de Steven Avery.

Si vous êtes dans cette zone, vous avez donc certainement vu la série, je vous conseille d’entendre causer des gens un peu sur la série, cliquez juste ici. Je suis de leur point de vue et contrairement à moi, ils n’oublient pas des éléments importants, eux ! :p

En bref, voir un procès de ce type défiler devant nos yeux ne peut pas nous laisser indifférent, et j’espère encore une fois que des erreurs pareilles ne se feront plus, qu’un procès équitable sera effectué, pour laisser une chance à Steven Avery, ainsi qu’à Brendan Dassey.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s