Baskets

Baskets

Chaîne : FX
Date de création : 2016
Statut : En cours
Nombre de saisons : Une saison, renouvelée pour une deuxième saison

Synopsis

Chip Baskets est un homme n’ayant pas réussi à devenir clown professionnel, il a pourtant fréquenté une école de clown à Paris. Il deviendra alors clown dans un rodéo à Bakersfield, en Californie. Son frère jumeau, Dale, a quant à lui une femme, deux enfants et « un vrai job ». Chip rencontrera Martha, une femme réservée travaillant dans les assurances. Et même si elle Chip n’est pas toujours tendre avec elle, Martha est sa seule amie. Nous ferons également la rencontre de Christine Baskets, la mère de Chip et Dale (Chip and Dale… Chippendale, allez rigole un peu) interprété par un homme. Lors de son séjour en France, Chip s’éprendra d’une jeune femme, Penelope. Elle restera avec lui pour choper un visa américain, mais elle n’est pas du tout amoureuse de lui. Commence alors la narration de la vie de ce Chip, pas forcément très joyeuse.

Générique, OST et jeu d’acteurs

Pas de générique pour la série, c’est dommage, on aurait pu avoir un chouette truc. L’OST proposera plusieurs genres, notamment quelques titres aux paroles françaises. Quelques sonorités un peu jazz et blues, mais rien de très marquant. Le jeu d’acteur est bon, on retrouve Zach Galifianakis (connu notamment pour interpréter Alan Garner dans la trilogie The Hangover (Very Bad Trip en VF)) interprétant deux personnages bien distincts, notamment au niveau du langage corporel et du ton de voix. Les deux sont d’un coup d’œil reconnaissables. La française Penelope est interprétée par… une italienne. Elle est difficilement supportable, par ses décisions et son accent qui irrite mes tympans. Le personnage de Martha, comme celui de Chip d’ailleurs, est très touchant. Elle est timide, calme et posée, au final c’est pas souvent qu’on voit un personnage féminin de ce type et  ayant cette importance dans un show. Louie Anderson, qui interprète Mme Baskets est très bien aussi. Pari osé de mettre un homme dans la peau d’une femme, mais réussi.

Mon avis

La série a été créée par Zach Galifianakis lui-même, accompagné du grand Louis C.K. et de Jonathan Krisel (réalisateur de certains épisodes de Man Seeking Woman, entre autres). Je suis bien familière du travail de Louis C.K. (avec notamment sa série Louie). Il est décidément partout en ce moment, entre cette série et également une autre série, diffusée sur Internet, Horace and Pete, dont je vous parlerais une fois la saison terminée.

Et c’est important de préciser que Louis C.K. co-crée la série car on sent sa patte dans la série. Avec ce personnage principal parfois bon (en se laissant berner par Penelope), parfois mauvais (en disant des choses pas très gentilles à Martha), auquel on s’attache malgré tout, et tous ses problèmes qui l’encombrent.

Par contre, cette série est franchement pas accessible pour un public non aguerri. Ce n’est pas une comédie, ni même une comédie dramatique pure et simple, nan c’est plus compliqué que ça. Pierre Langlais, le journaliste série de chez Télérama a qualifié cette série de « comédie dépressive« , et le terme est bien trouvé. C’est en fait une série très mélancolique, où se mêlent un espèce d’humour moqueur, de la tristesse et de la nostalgie, avec les vies un peu particulières des personnages.

C’est vraiment compliqué de parler de cette série. Elle est très poétique à certains moments, mais elle reste complexe dans le ton adapté, où y a comme une retenue, et c’est ce qui amène cette émotion.

Et d’un autre côté, y a des gros clichés très grossiers de la France, très parisiens, qui ne nous feront pas forcément sourire. Non pas que je manque d’auto-dérision envers mon pays, très loin de moi cette idée. Mais je sais pas, d’un côté la série est fine et épurée, et quand on aborde la France, on prend ses gros sabots et on piétine un pays à travers des stéréotypes vus et revus. Cet aspect m’a plutôt déçue en effet.

Et même si on reconnait la « Louis C.K.’s touch », elle ne ressemble en rien à ses autres créations. Cette série est vraiment unique, avec cette ambiance un peu déprimante mais touchante.

En bref

Baskets fait partie de ces séries classées dans « comédie » mais qui sont bien plus que ça, c’est plutôt un drame avec des touches d’humour sombres bien placées. La série n’est pas faite pour tout le monde, mais si vous connaissez déjà un peu le délire de Louis C.K., vous pouvez toujours tenter !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s