Cucumber, Banana, Tofu

cucumber-banana-tofu

Clique ici pour lire en musique !

Chaîne : Channel 4 (Cucumber), E4 (Banana), All 4 (Tofu)
Date de création : 2015
Statut : Terminées (2015)
Nombre de saisons : Une saison par série

Cucumber, Banana et Tofu sont trois séries créées par Russell T Davies liées entre elles. Toutes les trois traitent de la communauté LGBT, plus précisément des homosexuels. Les trois séries ont un format très différent, pour autant elles sont indissociables les unes des autres, étant diffusées la même année, créées par la même personne et ayant des acteurs en commun. Les noms des séries font référence à l’érection masculine définie par une étude scientifique en 4 états : tofu, peeled banana, banana et cucumber. J’vous fais pas un dessin. 😀

J’me suis lancée dans ces séries alors que ce n’était pas du tout prévu. J’en avais entendu parler de loin, et puis j’avais pu récupérer les DVD de Cucumber et Banana au taf. Un soir, j’ai eu une connexion Internet qui ne marchait pas, et j’avais zéro séries en stock dans mon PC, alors j’ai lancé le DVD de Cucumber et voilà !

Générique, OST et jeu d’acteur

Les trois séries n’ont pas réellement de générique, si ce n’est quelques secondes avec le nom de la série pour chacune. L’OST pour Cucumber et Banana est réussie, mélangeant des titres pop, électro, mais d’autres genres également. Pas vraiment d’OST pour Tofu, je développerai plus bas. Les acteurs sont vraiment bons. Ils m’étaient inconnus (je les avais peut-être aperçus à un moment donné dans d’autres séries britanniques) mais ils assurent. Big up à Freddie Fox, j’en parlerai après… Ah Freddie…

Cucumber

Cucumber Photographed by John Wright

Synopsis

Cucumber est une série au format britannique assez classique : un drame de 8 épisodes de 45 minutes chacun. On y raconte l’histoire d’Henry Best, un homosexuel d’une quarantaine d’années, vivant avec son compagnon Lance Sullivan. Lors d’un repas au resto’, Lance demande à Henry de l’épouser, mais ce dernier refuse. Cela va être le point de départ de la série, de comprendre qui sont réellement ces personnages, de l’influence de ces derniers, etc.

Mon avis

Cucumber est une série très réussie de la part de Russell T Davies (qui, je le rappelle, n’est autre que le créateur de Doctor Who (2005), Torchwood, Queer As Folk, entre autres. Queer As Folk étant déjà une série sur l’homosexualité, mais je ne l’ai pas visionnée. Pas n’importe qui donc !). Les personnages sont attachants et évoluent. Henry Best passe d’un homme assez peu confiant de lui à un homme qui s’assume un peu plus.

Mais la série propose un sacré panel de personnages ayant chacun leur manière de vivre et d’assumer plus ou moins leur orientation sexuelle. Les personnages jeunes ont une vie assez décomplexée alors que les quarantenaires sont plus réservés. On découvre rapidement qu’Henry, en couple depuis Lance depuis donc 9 ans… n’a jamais eu de rapports avec lui, car Henry a comme un blocage. C’est surprenant de voir ça car l’homosexualité représentée à l’écran est souvent assez « volage » si j’ose dire. Ça fait un gros contraste avec les autres persos.

Continuons dans les personnages, je parlais d’un certain Freddie Fox. Il interprète le personnage de Freddie Baxter, un jeune de 25 ans, qui couche avec des hommes majoritairement mais aussi des femmes. Freddie se comporte comme un salaud par moments, pour autant il est absolument irrésistible. Il a un de ces regards, et son attitude le rend vraiment attirant. Hm enfin bref je m’égare haha.

Les épisodes s’enchaînent assez simplement et naturellement. La série est accrocheuse, et son court format de 8 épisodes permet de voir le destin de ces personnages et leurs différentes évolutions, j’aime comme ils arrivent à se remettre en question (avec plus ou moins de facilités bien sûr).

Cucumber est vraiment une série agréable et intéressante à regarder, car elle est dans l’air du temps. Russell T Davies avait ça en tête en créant cette « trilogie de séries » : parler de l’homosexualité en 2015. Queer as Folk date déjà de plus de dix ans, et en une décennie, beaucoup de choses ont changé à ce niveau, ne serait-ce que la tolérance, l’acceptation des autres, le fait d’assumer sa propre orientation, et aussi la légalisation du mariage entre personnes homosexuelles. En plus des aspects sociaux et sociétaux, Cucumber divertit avec des passages assez drôles mais aussi son côté plus drama. A tester pour les amateurs de séries britanniques courtes ou qui s’intéressent un peu à l’homosexualité sur le petit écran.

Banana

Banana Generic

Synopsis

Banana est une série de 8 épisodes de 22 minutes chacun. Chaque épisode se centre sur un personnage que l’on a entraperçu dans Cucumber. Ils peuvent être regardés individuellement, comme des sortes de courts-métrages.

Mon avis

Banana est assez atypique dans son fonctionnement. Des séries qui concentrent chaque épisode sur un personnage, on en voit (Orange is The New Black par exemple), mais là c’est encore différent. Dans un format 22 minutes, on doit tout caser pour raconter une histoire, une évolution sans pour autant que les épisodes de Banana aient un lien entre eux. C’est pour ça que ça fait vraiment court-métrage, ça se regarde un peu différemment mais ça reste très plaisant ! Chaque histoire est très différente, on passe une transsexuelle subissant du revenge porn à une jeune fille stalkant une mère de famille parce qu’elle la trouve magnifique en passant par un possible couple « improbable physiquement »  ou encore à une femme ayant des TOC compliquant beaucoup sa vie. Encore une fois, un sacré large panel de personnages !

Cette série pourrait donc se regarder sans avoir maté Cucumber mais ça perd un peu de son intérêt tout de même. Néanmoins, son format fait que ça peut très facilement se binge-watcher en une soirée, si jamais regarder des personnages aussi différents les uns que les autres et voir ce que la vie leur réserve vous intéresse. Là encore, une réussite de la part de Russell T Davies, même si la série a tout de même un peu moins d’impact que la précédente avec ces épisodes plus courts.

Tofu

tofu

Synopsis

Tofu est une mini-série documentaire de 8 épisodes de 10 min chacun (1h20 le tout, c’est vite regardé !) traitant de différentes thématiques autour du sexe, notamment de l’homosexualité, mais pas que : les nouvelles technologies (Tinder, etc.), le coming-out, le sex talk, le fait de ne pas avoir de rapports, etc. Diverses personnes sont interviewées : des acteurs de Cucumber et Banana et des personnes lambda.

On est là sur quelque chose de bien distinct avec les deux autres séries puisque ici on sort de la fiction. De vraies personnes parlent de leur vécu, sans tabou. La série est parsemée de petits passages décalés comme avec la photo ci-dessus, avec la différence d’âge et de la vie que chacun mène.  Chaque épisode aborde son thème avec légèreté, sans prise de tête. C’est toujours intéressant, je pense que ça l’est d’autant plus pour les jeunes qui n’arrivent pas trop à s’assumer, ça peut permettre de mettre des mots sur certains problèmes, de connaître l’expérience des personnes qui ont été ou sont dans leur situation, etc. Ça reste aussi intéressant pour des personnes non concernées par cette orientation (genre moi), puisque ça incite toujours à l’acceptation de l’autre et à essayer de comprendre les personnes différentes de soi. Mais on n’est pas si différents les uns des autres au final, on a tous notre part d’incertitude, de manque de confiance en soi, etc. A regarder pour ceux qui se posent des questions sur tous ces sujets !

En bref : Cucumber, Banana, Tofu

Les trois séries sont complémentaires. Cucumber et Banana restent fictionnels et Tofu est une série documentaire. Les trois séries sont chacune une face d’un même sujet : l’orientation sexuelle (ou même l’orientation « romantique » si je peux l’appeler comme ça). Abordée de trois façons différentes avec plein de personnages et de réelles personnes différentes, je trouve qu’on apprend beaucoup. Cucumber et Banana se déroulant à Manchester, j’ignorais qu’il y avait un réel quartier LGBT très libéré et animé : Canal Street. Ce trio de séries peut, je pense, apporter beaucoup aux personnes souffrant de leur orientation sexuelle et peut permettre de prendre un peu plus confiance en soi.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s