Downton Abbey

downtonabbey

Chaîne : ITV1
Année de création : 2010
Statut : terminée (2015)
Nombre de saisons : six saisons

Clique ici pour lire en musique !

Synopsis

Ladies and gentlemen, il est enfin temps que je vous parle d’une série britannique, Downton Abbey ! La série débute le 15 avril 1912, date du naufrage du Titanic. Nous suivons la famille Crawley, accompagnée de ses domestiques, habitant donc à Downton Abbey, une grande demeure située dans le Yorkshire (au Nord de l’Angleterre). Les héritiers de Downton Abbey ont péri dans le naufrage du Titanic, mettant la famille Crawley dans une position complexe car l’héritage doit nécessairement passer par un héritier mâle, et l’héritage comprend à la fois le titre de Comte de Grantham, le domaine et la fortune de la famille. La famille Crawley directe ne comptant que des filles, le nouvel héritier est un cousin lointain de la famille, Matthew Crawley. Le style de vie mené à Downton Abbey est bien différent de celui dont il est habitué. En effet, des règles très strictes sont régies et le monde des aristocrates, en haut, est bien dissocié du monde des serviteurs, en bas.

Générique, OST et jeu d’acteur

Le générique présente divers endroits de Downton Abbey, et retranscrit bien l’ambiance de la série grâce à sa musique mémorable. Ce thème sera présent tout au long de la série, que ce soit pour le générique ou dans les épisodes (évidemment c’est joué de diverses manières hein, on n’a pas qu’une seule piste dans l’OST, encore heureux). L’OST reste donc centrée sur du piano et des violons à gogo. Beh oui z’alliez pas vous attendre au dernier titre de l’été 2017 au début du XXe siècle quand même ?!
Le jeu d’acteur est bon, pas de fausse note à ce niveau. Au vu du nombre de personnages, il est important que les personnalités soient vite cernées et c’est le cas dans Downton Abbey. On s’y retrouve assez vite dans toute ce peuple, n’ayez crainte mes amis (parole de nana qui ne savait pas qui était Littlefinger jusqu’à la saison 3 de Game of Thrones, donc vous voyez c’est easy !).

Mon avis

Je m’aventure dans Downton Abbey après la bataille, alors que la série s’est achevée il y a deux ans. J’étais passée à côté alors qu’avec un peu de chance j’aurais pu la commencer à temps à l’époque ! Je l’ai mise dans mon challenge séries 2017 et il se trouve que 5 des 6 saisons sont sur Netflix, alors bingo je me lance, je me jette à l’eau comme on dit dans le jargon.

Je le savais d’avance que c’était bien soapy comme il faut, mais ça ne me faisait pas peur, je voulais voir concrètement ce qu’il en était. De plus, je ne suis pas une grande fan des séries « historiques », enfin j’en ai pas vu des masses (elles ne me viennent même pas à l’esprit à l’instant où j’écris haha), je suis plutôt séries « vintage d’aujourd’hui » se passant dans les années 50-60-70 comme Mad Men ou Masters of Sex. Bref, pas un genre de prédilection de Constu.

Et c’est une belle surprise que l’on m’a donné là. Je ne suis pas fan à 100%, je n’ai pas eu le « coup de coeur » mais peu importe, j’ai passé un très bon moment et j’ai bien apprécié mon visionnage !

Au début, on peut être un poil perdue scénaristiquement parlant : les tenants et les aboutissants de cette aristocratie anglaise semblent tellement déconnectés de la société actuelle que ça peut être un poil déstabilisant. Tout ce qu’il faut comprendre, c’est qu’en gros les héritiers prévus sont dead de la muerte, que les parents Crawley n’ont eu que des filles donc par conséquent c’est relou, parce que bon vous pensez bien que leur richesse ils souhaitent la garder hein. Une fois parti de ce postulat là, ça roule ma poule. Reste juste à connaître le nom des persos, ce qui prendra quelques épisodes/la première saison, et ainsi le décor est bien planté.

Ce qui est intéressant dans Downton Abbey, c’est que ce ne sont pas simplement des potentielles histoires d’amour ou de problèmes de riches blancs. En effet, la série suit les divers événements qu’ont eu lieu à cette époque, notamment la première guerre mondiale qui influe grandement sur la vie de la famille Crawley. Et c’est en suivant ces événements que l’on suit également l’évolution des mentalités à propos de divers sujets, et l’on observe également au fur et à mesure une plus grande proximité entre les aristos et les serviteurs, et donc une plus grande tolérance envers l’inconnu de manière générale. Ce qui m’amène vers un autre grand sujet de la série : l’observation des riches, mais aussi de leurs serviteurs dans les sous-sols : tous les jours ces derniers leur préparent leurs repas, les habillent, leur rendent de multiples services. Mais ils sont bien plus que ça, ils sont la partie immergée de l’iceberg qu’est Downton Abbey. C’est grâce à eux que tout tient debout.

La galerie de personnages est attachante, y en a même certains que l’on adore détester (Thomas Barrow, je pense à toi, bisous). Les décors sont somptueux et ont beaucoup de charme.

Au niveau scénario, c’est vraiment top de la saison 1 à 3 selon moi, la 4 fut quelque peu ennuyeuse en début de saison mais cela va mieux avec la saison 5 (bien que pas complètement à la hauteur des premières) et la 6 permet de bien conclure les diverses intrigues. Elle a donc une vraie fin, et permet de s’arrêter suffisamment à temps avant de devenir lassante (certaines intrigues n’étaient pas suffisamment intéressantes pour prolonger encore et encore…).

Pas mal d’efforts sont faits niveau réalisation. Je pense par exemple au début du pilote avec ce petit plan séquence où nous suivons les domestiques dans les dédales de la maison, où l’on voit les postes clés : les valets, les cuisinières, les femmes de chambre, etc. La réalisation est donc assez soignée, bien qu’on ne ressente pas de « patte » particulière.

Ce que je regrette un peu, c’est la manière dont le temps défile dans la série. La série s’étale de 1912 à 1925, et parfois entre deux épisodes peut s’étaler quelques jours comme pratiquement un an. Autant entre des saisons ça peut passer (et c’est illustré par un petit texte), mais entre les épisodes se rende compte que je sais plus qui est passé de fraîchement enceinte à je vais accoucher dans trois jours, j’vous cache pas que ça surprend. C’est un détail mais vous comprendrez si vous visionnez la série, ce point est pas toujours clair.

En bref

J’ai l’impression d’écrire une critique assez mitigée alors que non vraiment, c’est une bonne série. Certes, pas faite pour tout le monde avec son côté soap-opera comme écrit ci-dessus (les plus misogynes diront que c’est une série pour nanas, mon poing dans la tronche dira le contraire), mais c’est vraiment une chouette série qui me permet d’en apprendre plus sur comment fonctionnait l’aristocratie anglaise au début du XXe siècle, et ça, ça fait pas de mal (j’devrais regarder plus de séries historiques en fait, même si on sait bien que c’est souvent bien romancé, mais au moins avoir une idée c’est cool). On a affaire une vraie série, avec une vraie fin, avec tout le charme des séries anglaises : vous aimez l’accent british ? Vous allez en avoir à n’en plus finir. Si vous avez Downton Abbey dans votre wishlist depuis un moment, lancez-vous et laissez-vous emporter par le charme indéniable de la série.

PS : Si j’en vois encore certains qui écrivent DownTOWN Abbey, je les égorge. 😛

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s