Black Mirror 5×02 – Smithereens

Smithereens

Hola les copains, me voilà de retour pour continuer la review des nouveaux épisodes de Black Mirror. On passe donc à l’épisode 2 de la saison 5, intitulé Smithereens.

Avec le visuel ci-dessus, je m’imaginais l’histoire d’un GPS foufou, mais nope c’pas ça. Olala mais qu’est-ce que c’est, c’est le mystèèèère.

Il se passe quoi dans cet épisode ?

L’épisode s’ouvre sur un homme, dans sa voiture, en train de se détendre et de suivre un audio de méditation guidée. Il respire, lentement.

On comprend qu’il est chauffeur pour un truc du style Uber, et accueille une jeune femme dans sa voiture pour l’amener à sa destination.

Mais ce mec c’pas n’importe qui, c’est Andrew FUCKING Scott ! Oui ! ❤

1

Eh beh t’en tires une tête mon con.

Vous l’avez sûrement vu dans le rôle de James Moriarty dans Sherlock, et si vous avez encore plus de goût, peut-être vous l’avez vu tout récemment dans la saison 2 de Fleabag où il interprète un prêtre un peu spéciaaaal (et puisque je n’ai pas pondu d’article sur cette superbe série pour l’instant, je vous renvoie à un article de Télérama, ouais j’suis comme ça). Bref ça fait plaisir de le voir dans Black Mirror !

Le personnage d’Andrew Scott discute donc avec la passagère qui est distraite par son téléphone évidemment.

En train de manger dans un snack, il commence à faire une crise d’angoisse en voyant tous ces téléphones, en les entendant vibrer dans tous les sens, sous la lumière peu rassurante des néons qui grésillent. Il souffle pour reprendre son calme.

Scène suivante, on est dans un groupe de parole où les gens parlent de leur vécu concernant le décès d’un proche.

2

Ambiance assez légère n’est-ce pas ?

A la suite de la réunion, le chauffeur se voit proposer un verre par l’une des femmes présentes. Lui il est pas chaud chaud mais finalement il accepte. Ça finit en micro-scène de han-han. Il n’a pas « fini » mais ça ne le dérange pas plus que ça, elle propose même un « coup de main » (MDR) mais il refuse. OK.

Lors de la réunion, la femme parlait du décès de sa fille. Sa fille était inscrite sur un site qui s’appelle Persona, et depuis un moment elle cherche le mot de passe.

3

Ah donc rien à voir avec les jeux vidéo Persona d’accord fallait le dire.

Elle a le droit à 3 essais toutes les 24 heures, et elle a l’air de faire ça depuis un moment puisqu’elle tient un cahier avec toutes les idées de mots de passe possibles.

4

« Bon, 123456 c’est fait, ça ne marche pas. Essayons 1234567 pour voir. »

Le chauffeur procède à une nouvelle course, il emmène un homme à l’aéroport. Cette homme travaille à Smithereens. On ne sait pas encore trop ce que c’est que cette entreprise.

5

Bjr je suis le mystère du rétro

Il décide de changer d’itinéraire pour se rendre à l’aéroport, en justifiant cela par des ralentissements sur la route habituelle. Il emprunte alors des petites routes paumées… et s’arrête au milieu de nulle part, sous un pont, et braque une arme contre le client. Dans le même temps, il le laisse se « menotter » avec un lien de serrage.

6

« Et là, c’est qui le lion ? »

Le client indique qu’il n’est que stagiaire à Smithereens et qu’il n’y travaille que depuis une semaine, ce qui change quelque peu la donne pour le chauffeur.

Le chauffeur pète un boulon, parle de l’addiction aux téléphones, et du fait qu’on ne distingue plus la hiérarchie avec la tenue qu’ils portent… Eh oui s’il n’était pas habillé comme un mec qui travaille là depuis 10 ans il ne serait pas fait kidnapper, duh.

Dehors, le stagiaire s’enfuit en poussant le chauffeur contre le mur. Le chauffeur le rattrape et le met dans le coffre de sa bagnole. Enfin de « sa » bagnole, ils en profitent pour prendre une autre caisse. Sauf que le stagiaire est claustro et qu’il commence à paniquer. Le chauffeur le met donc sur les sièges arrière et lui dit d’enfiler une cagoule pour ne pas voir la route. Clever boy.

Ils roulent et passent devant une station service, mais pas de bol, y a une voiture de flics et une policière voit quelqu’un avec ce sac sur la tête.

7

« Thierry, je crois avoir vu un homme avec un sac sur la tête. C’est cette semaine la Fashion Week ? »

Dans le même temps, le stagiaire vomit dans le sac car il est malade, YUMMY. Même moi je l’ai jamais faite celle là, bon en même temps j’ai jamais eu un sac sur la tête… J’vous raconterais mes histoires de vomi dans les moyens de locomotion plus tard oké ?

8

La tête d’Andrew Scott JPP

Les flics rattrapent la voiture du chauffeur et il doit donc s’arrêter. Mais connaissant son métier, elle sait que l’homme va se barrer illico une fois en dehors du véhicule. Elle pose une jambe à terre et comme convenu, le chauffeur prend la fuite. Ça vire en course poursuite dans les petites routes de campagne.

Le chauffeur braque sa voiture d’un coup pour éviter des cyclistes et finit au milieu d’une sorte de champ, mais reste coincé. Il sort du véhicule, les flics aussi. Il les menace avec son gun.

9

Ce temps gris pourri, ces champs où pas grand-chose ne pousse, ces lignes à haute tension… Pas de doute, on est dans le Pas-de-Calais ! … Right ?

Les flics regardent le véhicule au loin avec des jumelles, au vu du gun présent. Le chauffeur enlève le sac du stagiaire. Il veut parler à Billy Bauer (c ki ?), le stagiaire ne sait même pas qui c’est, la personne la plus haute dans la hiérarchie qu’il connait est une meuf des RH, Hannah. Il veut alors le numéro de téléphone… sauf qu’il a laissé son téléphone dans l’autre caisse. Alors c’est pétage de plomb once again de la part du chauffeur.

Le chauffeur va essayer d’appeler la réception de Smithereen pour ensuite que le stagiaire demande à parler à la meuf RH. Au loin, plus de flics débarquent, toujours à distance.

Les deux hommes passent le coup de fil. Mais ils finissent par tomber sur sa messagerie et sur son numéro perso. Ils peuvent donc appeler Hannah.

10

« UI ALO C’EST LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, PFFF MDR J’T’AI EU C T UN CANULAR »

Elle ne comprend pas tout ce qui se passe. Le chauffeur prend le lead au téléphone, et lui envoie une photo du stagiaire pour prouver qu’il se passe bien ce qu’il se passe. Hannah dit à son assistante d’appeler la police… Bon ils sont déjà un peu sur place hein mais bon.

Mais petit rappel du contexte, nous sommes en Angleterre, c’est donc le bureau anglais. Or ce mec que le chauffeur veut contacter, ce Billy Bauer, est américain. Hannah contacte donc le bureau américain pour faire avancer cette affaire et obtenir de l’aide.

Encore d’autres flics débarquent, dont un négociateur.

11

LE NEGOCIATEUR C’EST LE MEC DANS LOVESICK HAN SALUT TOI, CA FAIT PLAISIR DE TE VOIR. Il a de ces mimiques dans le visage ça m’fait toujours délirer. Mi insup’, mi attachant, j’sais pas quoi faire de ce type.

Le bureau américain arrive à identifier le numéro qui appelle et trouve le compte du chauffeur sur le site qu’ils opèrent. Le chauffeur quant à lui est au téléphone avec l’employée qui est aux US. Elle essaye de gagner du temps, et pendant que l’appel est en attente avec de la ptite zikmu, en fait ils peuvent entendre ce qu’il se dit à l’autre bout du fil. Pratchique.

Des flics se sont infiltrés dans la maison du chauffeur. Ou plutôt la maison de sa mère où le chauffeur vit. Mais elle est décédée. RIP petit ange parti trop tôt.

Les flics interrogent le voisin, et apprennent que le nom du chauffeur est : Christopher Gillhaney. Les flics ont pu voir dans la maison qu’il y avait plein de factures en retard de paiement et que la maison est sur le point d’être saisie… Ils apprennent aussi que Chris était un enseignant en informatique, et qu’il était dans un accident de voiture il y a quelques années.

Les flics britanniques ont un appel du FBI, ce qui n’est pas dans leurs habitudes évidemment. Mais comme c’est en lien avec l’homme que Chris veut absolument contacter, it makes sense.

Smithereen semble être un réseau social entre Facebook et Twitter. On apprenait quelques minutes plus tôt dans l’épisode que la moitié de la population mondiale a un compte sur ce réseau. Ça en fait du monde !

Chris travaille bien pour un simili-Uber qui s’appelle Hitcher, et chose très suspicieuse, il ne faisait que des courses de gens qui partaient de Smithereen pour aller ailleurs. Tout cela est curieux car ce qu’il fait là semble assez prémédité, or son casier judiciaire est  vierge. Et surtout, on apprend que dans l’accident de voiture qu’il a eu y a quelques années, Chris a perdu sa fiancée. Aïe. Le puzzle est en train de prendre forme.

Le négociateur essaye de comprendre comment Chris fonctionne. Il pense qu’il veut l’attention du dirigeant de Smithereen, et qu’il est envieux de son statut. Il essaye alors de parler à Chris via un mégaphone.

12

« Qu’est-ce qui est con, qui porte un costume cheap et qui parle dans un mégaphone ? Ouais, moi. MDR »

Le négociateur, David, arrive à appeler Chris sur son téléphone. Mais Chris n’est pas dupe et ne se laisse pas influencer par David. Il veut qu’il se barre loin d’ici.

Chris lance un compte à rebours, ils doivent se barrer sinon c’est pan pan.
David s’en va. Les snipers n’ont pas encore de clear shot pour tirer sur Chris.

Aux Etats-Unis des States, Billy le dirigeant est en fait dans une retraite où il ne parle pas pendant 10 jours, dis donc ça tombe super bien pour communiquer dans des cas un peu compliqués comme celui-ci !

13

Il doit pas être simple à rejoindre ce petit spot. Oui je réfléchis transports DÉSOLÉE D’ÊTRE UN PEU TROP TERRE A TERRE PARIS M’A CHANGÉE OK ?

Une employée de Smithereen arrive à rejoindre Billy, et ce dernier sort un subtil « oh fuck » pour sortir de sa retraite du silence DE MORT.

14

Billy, aka le Mark Zuckerberg de cet épisode. On part sur un bon bobo qui se respecte, quel plaisir.

De son côté, Chris se connecte à Smithereen, probablement curieux de savoir ce qui se dit sur cette situation complexe, et ce qui se dit sur lui aussi, au vu de l’attention qu’il a l’air de souhaiter. Il a des flashes de sa fiancée décédée et craque dans sa voiture.

Jayden le stagiaire essaye de lui expliquer de le laisser sortir et comme ça les flics seraient plus sympas avec lui mais… nope.

Billy souhaite parler à Chris et s’en fout un peu de la potentielle rançon, mais ses employés lui conseillent de ne pas entrer dans son jeu.

Chris discute avec Jayden, qui le rassure en lui disant que tout ira bien. Il dit que son arme est factice. Et ça ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd puisque les flics peuvent toujours entendre via le téléphone mis en attente. C’est évidemment pas du tout dans l’intérêt de Chris que les flics connaissent cette info…

Chris gagne du temps au téléphone, et les jeunes continuent à publier sur Smithereen pour tenir au courant les Internautes (ça se dit encore en 2019 ça ? J’aurais même dû écrire Intern@utes pour être encore plus ringarde), en plus du fait qu’il y ait des journalistes présents sur place.
Chris lit sur Smithereen l’histoire de l’arme factice. Sauf qu’en fait elle ne l’est pas, il tire en l’air avec pour le prouver. Oops.

16

« VOUS FAITES MOINS LES MALINS LES POULETS HEIN ? »

Chris se fait tirer dessus par les flics mais il n’a qu’une éraflure.

17

Ce trou est-il plus petit qu’une pièce de 2 euros ? #jesuisCarglass

Billy insiste pour avoir le numéro de Chris et lui parler.
Et comme on ne le lui passe pas, il va se renseigner directement via son ordinateur pour avoir les infos. Il passe en « God Mode ». En gros il peut retirer encore plus d’infos de son réseau social.
Il appelle alors Chris. Billy lui dit qu’il est là pour discuter, pour l’écouter même.

15

« Si mon téléphone satellite ressemble à un allume gaz ? Oui absolument. »

On apprend que Chris passait sa vie sur Smithereen avant, et que sa fiancée Tamsin faisait de même. Il en vient à raconter l’accident où elle est décédée.

Durant ce trajet en voiture, où sa fiancée dormait et où il s’ennuyait, il checka son téléphone vite fait, une notification de Smithereen était là. Et juste ça, ce petit truc insignifiant, ça l’a fait avoir son accident, coûtant la vie à sa fiancée. On comprend mieux maintenant la rancœur qu’il a après le réseau social.

Il se sent évidemment extrêmement coupable et n’arrive plus à vivre normalement depuis l’incident.

Billy essaye de le rassurer, il reçoit des conseils sur comment dialoguer avec lui de la part de sa team, sauf que ça fait l’effet inverse escompté, le faisant passer pour un mec sans cœur avec une voix de robot.

Billy lui dit alors qu’il ne sait pas quoi lui dire, mais il explique qu’à la base, la plateforme ne devait pas être comme ça, que finalement elle est un peu devenue hors de contrôle pour lui. Petit à petit, la plateforme a changé. Chris l’interrompt dans son monologue. Il voulait simplement lui exposer son histoire, pas entendre sa life. Il dit qu’il va libérer Jayden le stagiaire, mais qu’il va aussi probablement se suicider. Billy propose son aide tant bien que mal.

De l’aide vous dites ? D’un mec qui dirige un réseau social ?
Hm… Chris demande alors à Billy si il connait la personne qui gère Persona, pour aider sa copine qui cherchait à se connecter au compte de sa fille. On dit alors à la femme qu’on va lui donner les infos qu’elle souhaite. J’en connais une qui est contente.

Chris libère Jayden de ses « menottes ». Et Jayden essaye de rassurer Chris et de le persuader de ne pas se suicider…

19

« Euh j’peux partir du coup ? J’prends le sac à vomi avec moi ou j’te le laisse en cadeau ? »

Chris apprécie le geste mais il souhaite que Jayden parte. Les portes sont bloquées avec la sécurité, Chris se penche alors pour la désactiver, mais Jayden essaye de récupérer l’arme pour que Chris ne se mette plus en danger.
Les flics ont l’autorisation de tirer sur Chris. Ils tentent un tir mais n’ont pas réussi à l’avoir. Parallèlement son amie se connecte à Persona, ayant obtenu le mot de passe, qui n’était autre qu’un numéro d’immatriculation d’un bateau, souvenir de vacances, dont la photo était juste là devant ses yeux.

Un second tir est lancé. Son amie presse entrée pour accéder à Persona.

20

Et là BOUM explosion. Enfin pas vraiment, mais second tir.

On se doute qu’ils ont réussi à atteindre Chris avec ce second tir.
Mais on ne sait pas ce que son amie obtient sur Persona.

Bref, t’en penses quoi de cet épisode ?

Pas de technologie futuriste pour cet épisode (et comme pas mal d’épisodes finalement), comme si le parti pris était de juste utiliser quelque chose de très actuel (les réseaux sociaux) et d’en voir ses limites.

Je trouve que la structure de l’épisode ressemble pas mal à l’épisode Shut up and Dance. Parce qu’il y a cette même idée de maintenir le suspense sur le pourquoi du comment de la situation pour ne révéler tout ça qu’en fin d’épisode. Même si Shut up and Dance avait un côté beaucoup plus trash et dramatique, avec un vrai twist.
Ici la situation est rapidement prévisible dès le début avec ce cercle de veufs anonymes. Certes l’accident et la responsabilité du personnage principal ne sont pas le centre de l’épisode, mais du coup ça rend quand même l’épisode pas foufou, là où j’avais beaucoup aimé Shut up and Dance, on était vraiment curieux de ce qu’il en était car le personnage principal était une victime présumée. Alors que dans cet épisode, Chris est tout de suite un « bad guy » en kidnappant un mec random.

J’ai beaucoup aimé la prestation d’Andrew Scott qui met du cœur à l’ouvrage mais l’épisode est malheureusement assez fade à côté de ça.

La morale, on la comprend, ce sont bien les réseaux sociaux et ses dérives. Cela aussi s’étend sur le pouvoir du dirigeant et de ses employés qui peuvent récupérer des information personnelles plus rapidement que le FBI, et aussi franchir des limites qui sont probablement illégales en passant en « god mode ».

J’ai trouvé l’épisode un poil long pour ce qu’il essayait de raconter. 1h10 pour un épisode assez convenu n’est pas forcément nécessaire, surtout quand on sait que des épisodes plus « complets » sont bien plus courts.

Je trouve ça dommage qu’on n’en sache pas plus sur l’histoire de l’amie de Chris et de sa fille. Pourquoi elle souhaitait tant avoir accès à son compte sur un réseau social ? Et quelles infos croustillantes a-t-elle pu en tirer ? Je ne vois pas bien l’intérêt de cet arc narratif dans cet épisode…

Et surtout, je trouve qu’il ne pousse pas la réflexion très loin cet épisode. Avec Black Mirror, j’ai tendance à réussir à pouvoir en parler pendant des heures, mais avec cet épisode c’est pas gagné. Concrètement qu’est-ce qu’on peut en tirer ?
Que les réseaux sociaux à outrance c’est pas bien, et que la protection des données c’est un sujet touchy ? M’ouais.
Les employés de l’entreprise peuvent clairement récupérer les infos et faire avancer plus vite une enquête que la police (bon en sachant que le perso principal était très actif sur le réseau social donc en vrai ça tenait plutôt du stalkage que du hack et de l’espionnage).

Bref, assez déçue de cet épisode, où je retiendrais quasi uniquement la prestation d’Andrew Scott. Dommage. L’épisode précédent Striking Vipers était bien plus étoffé.

Note personnelle : j’ai lutté tout le long de l’écriture de l’article pour ne pas remplacer Smithereen par Slitheen. Si si, ces bestioles là dans Doctor Who…

Ah oui donc rien à voir d’accord.

A très vite pour la review de l’épisode 3 ! Cheers 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s