Hannibal – Saison 3

Hannibal S3

Attention spoilers ! Ne pas lire si vous n'êtes pas à jour... ou que vous vous en foutez de savoir la suite !

Attention spoilers !
Ne pas lire si vous n’êtes pas à jour… ou que vous vous en foutez de savoir la suite !

Lire la suite

Publicités

Hannibal

Hannibal

Chaîne : NBC
Date de création : 2013
Statut : En cours
Nombre de saisons : Deux saisons, renouvelée pour une troisième saison

Synopsis

Will Graham, un professeur en criminologie, est recruté par le chef de la Division des Sciences Comportementales, Jack Crawford, pour faire partie du FBI. Sans pour autant être un agent, ici Will fera office de profiler, car Monsieur a un petit don : celui de se mettre dans la peau d’un tueur et de retracer les événements jusqu’à la mort de la victime. Il se met alors à ressentir comme le tueur et à comprendre son raisonnement. Mais comme Will n’est pas un agent du FBI, il doit comme être « suivi » par un docteur, mais pas n’importe lequel. Tout le monde a déjà entendu son nom : Hannibal Lecter. Mais pour ceux qui, comme moi, n’avaient ni lu, ni vu les films en rapport avec cet étrange personnage, qui est-il vraiment ? Psychiatre de profession, ce cher monsieur ne fait pas que des consultations. Amateur de gastronomie, Hannibal est avant tout un serial killer sans pitié, qui n’aime pas « gâcher la nourriture » puisque celui ci déguste les corps de ses victimes.

Générique, OST et jeu d’acteur

Le générique n’est pas ouf c’est vrai, on pourrait s’attendre à quelque chose de plus trash. On appréciera néanmoins la subtilité de celui ci, utilisant le sang pour former le visage des personnages. L’OST est très importante dans la série, surtout dans la deuxième saison, elle aura un impact indéniable. Des percussions vont aller crescendo et augmenter la peur et le stress chez le spectateur. Le jeu d’acteur est contrasté : d’un côté, les acteurs rendent leur personnage un peu casse burnes : Hugh Dancy (Will) exagère beaucoup beaucoup son jeu selon moi, le personnage du Dr Alana Bloom est un peu stupide tout de même aussi, et le personnage interprété par Gillian Anderson (la fameuse Scully d’X Files) m’a énormément déçu, son jeu est très plat, quasi inexpressif, aucune nuance. Mais de l’autre côté, mama mia, on a du lourd ! J’ai pu faire la connaissance d’un sacré acteur : Mads Mikkelsen. Ce Danois a un jeu incroyable. D’une scène à l’autre quand la série s’y prête, il saura contraster son jeu parfaitement. Et surtout, ce mec, il a une gueule. C’est pas qu’il est beau ou moche, c’est qu’il est charismatique et inoubliable. Avec ses paupières d’asiat’ et ses pommettes hautes et saillantes, rien qu’à sa tête, il impose, direct. Et puis, son perso porte des costumes atypiques. Et moi et les costumes cools, c’est le big love.

Mon avis

Très clairement, au début jusqu’au septième ou huitième épisode de la première saison, j’étais à mille lieues d’être convaincue. J’avais cette impression que ça commençait comme une série policière classique. Le personnage de Will m’énervait dès le début, et le vrai visage d’Hannibal tardait à se montrer. Will, ce personnage qui se bat contre ses propres démons de façon très chiante. Je n’étais pas du tout prise dans l’intrigue, et honnêtement je m’ennuyais. Je me disais déjà que ça allait être la galère pour regarder ces deux (courtes, certes) saisons. Le peu dont on voyait Hannibal, c’était soit en séance soit en train de faire des bons p’tits plats à l’esthétique irréprochable. Alors j’aime bien la bouffe hein, mais bon ça serait sympa de fournir un peu plus le scénario.

A partir cet épisode 7 ou 8, là on sent que ça commence bien à démarrer, l’intrigue est bien plus intéressante, on dévoile peu à peu la véritable personnalité d’Hannibal, j’ai commencé à accrocher à la série.
Mais là où je veux surtout en venir, c’est à la saison 2. C’est CA le cœur de la série, c’est là où l’on réunit enfin l’enquête à Hannibal.

J’aimerai avant tout prévenir : je me doutais que ça n’allait pas être tout rose, mais regarder Hannibal, c’est assumer avoir le cœur bien accroché. Vraiment. Pas grand-chose a tendance à me faire peur, flipper ou dégoûter, mais là très clairement, âmes sensibles s’abstenir. C’est d’autant plus étonnant qu’Hannibal est diffusée sur un network, une chaîne publique donc ! Z’imaginez un peu la gueule de vos gosses en France si ils se retrouvaient à 20h50 devant des cadavres mis en scène de manière complètement dégueulasse, mais en même temps magnifique. Car oui, tout cela, c’est artistique. C’est rarement du gore (rare que j’utilise le mot) pour du gore. La mise en scène apporte clairement, ça change du pauv’ cadavre trouvé sur le bas côté entouré de craie blanche. C’est dégueu, mais c’est beau. Mais c’est dégueu, je répète. Je regardais les yeux mi-clos par moments. Et un conseil : ne mangez pas avant ou pendant un épisode, c’est très déconseillé pour votre transit. J’vous aurais prévenus !

Comme je disais, c’est beau aussi. Beau, tout particulièrement dans cette très réussie saison 2. C’est très très bien filmé, y a des beaux effets de lumière, le vocabulaire technique me manque mais c’est juste cool de voir ce genre d’image bien travaillée. On regrettera peut-être ce balayage de lumière lors des « flashbacks en mode tueur » de Will, qui rendent l’effet trop répétitif.

Cette saison 2 est vraiment trop bien, et j’ai bien fait de persister. C’est ce qu’on apprend avec les séries : que tous les bons éléments d’un scénario n’arrivent pas dès les premières minutes du pilot. Il faut continuer, et j’ai écouté les voix d’Internet me disant que « la saison 1 ça va, la saison 2 c’est Hanni-trop-de-la-balle » (j’ai osé ce jeu de mots, pas taper). Le final de la saison 2 est juste mindblowing, ça en chie grave, mais qu’est-ce que c’est bon ! Messire Mikkelsen a pu étaler tous ses talents dans la saison 2 et particulièrement avec ce season finale, tout en continuant à nous susurrer des noms de plats en français. C’est aussi là toute la beauté de la série : le contraste entre la beauté des plans et des plats et la cruauté sans nom du Dr Lecter.

Une chose à dire : j’ai encore faim ! Mais j’ai peur de ce que la série peut nous réserver. J’ai peur que le soufflé retombe très rapidement, que les jolis mets d’Hannibal aient tapés dans la date limite de consommation.

En bref

Hannibal, c’est une série qui peine très clairement à commencer et à trouver ses marques, mais la saison 2 est un hors d’oeuvre succulent, ce qui fait que je recommande clairement aux amateurs du personnage d’Hannibal Lecter mais aussi aux néophytes comme moi qui sont maintenant conquis par ce personnage. Attention cependant, ce n’est pas à mettre entre toutes les mains au vu de scènes (et y en a pas qu’une) très crues, violentes et gores.